Accueil    Mon témoignage    Les témoignages    Sylvie    Photos    Forum    F.A.Q    Livre d'or    Espace Membre    - Samedi 23 septembre 2017 - 07:45 -
Témoignages...

...des opérés (70)
FEMTO (4)
IMPLANTS (5)
LASEK (3)
LASIK (49)
PKR (9)
 
...des non opérés (2)
par pb médical (1)
par refus (1)

Mon témoignage

Recherche ...

Web myopieoperee.net
Liens préférés :

Tous les liens...
Pubs




Audience mesurée avec
Témoignages > Témoignage :
TEMOIGNAGE LASIK Retour vers la liste...

Prénom : Pierre-Claude Age : 30 ans Satisfaction : 8 /10
Ville : Paris Opéré le 2004-03-03 à Paris

Acuité visuelle : 
Oeil gauche Oeil droit
Avant opération   -3 dioptries     -1.75 dioptries  
Après opération     10/10e     10/10e
  Son opération lui a couté au total 2000 € et n'a pas été pris en charge par sa mutuelle.

( lui écrire... )


Résumé : Merci à Pierre-Clause pour son témoignage "détaillé".

Son témoignage : 10 mars 2004
J-2ans : Je rencontre pour la première fois une personne qui a subi l’opération. J’en avais déjà entendu parlé, mais je n’avais pas eu de témoignage direct. Outre une gêne permanente mais pas handicapante à la luminosité, cette personne est très satisfaite de son choix. Je me dis que moi aussi un jour je ferai ça, quand j’aurai des thunes… !

J-5mois : Je repense de plus en plus à cette opération. Je me balade sur Internet et tombe sur le site de Sylvie (http://myopie.operee.free.fr). J’y découvre de nombreux témoignages qui me décident à me faire opérer. Je porte des lentilles en permanence, et je sais qu’il faut arrêter un certain temps avant l’opération. Nous sommes en octobre 2003, je décide que l’opération aura lieu dans les moins qui viennent, je prends RDV chez mon ophtalmo pour les premiers exams et je ressort mes lunettes.

J-4mois : Mon ophtalmo (qui doit se prendre pour Madonna) a mis 1 mois à me trouver un RDV… Un mois de lunettes quand on porte des lentilles en temps normal, c’est long. Et je ne suis qu’au début de mes peines… Mais bon, je résiste à la tentation de remettre mes lentilles. Les deux examens (topographie cornéenne et je ne sais plus trop quoi…) se passent bien, mon ophtalmo me confirme que je suis opérable. En revanche, lui ne pratique pas l’opération. Il me communique le nom d’un confrère. Je suis un peu surpris (il a opéré ma mère et ma grand-mère de cataractes) et embêté parce qu’avec lui, j’avais confiance. L’autre, je ne sais pas d’où il sort…. Mais bon, si mon ophtalmo m’y envoi, il doit savoir ce qu’il fait.
Novembre 2003, il ne me reste plus qu’à trouver l’argent. Les emmerdes commencent… :-)

J-2mois : Toujours pas de financement (je vous passe les détails, mais je ne peux pas faire de crédit… :-)), mais toujours ces put… de lunettes sur le nez, et ça me gonfle de plus en plus… Espérant voir le problème financier se régler, je me fais violence pour ne pas replonger dans les lentilles…

J-1mois : Alléluia, j’ai trouvé les thunes…

J-15js : Je rencontre l’ophtalmo qui va m’opérer. Depuis toujours je fonctionne à l’intuition avec les gens que je rencontre, et lui dès que je le vois, je sens que le courant va passer. Je suis rassuré avant même d’avoir discuter avec lui ! Je dis cela parce que vous verrez plus bas à quel point il me semble important d’avoir un bon contact et une confiance totale avec le mec qui vous charcute la prunelle de vos yeux… :-)

Notre rencontre se passe donc très bien, il commence à me faire son baratin commercialo-médical sur les opérations. Grâce à tout ce que j’ai appris avec les divers témoignages, je termine ses phrases pour lui… Ca le fait marrer, je lui fais comprendre en rigolant que j’ai déjà décidé de me faire opérer et qu’il n’a plus besoin de me « vendre » l’intervention. Il revient néanmoins bien entendu sur chacun des aspects purement médicaux liés à l’opération (risques, les 24 premières heures, etc.). Il regarde mes yeux. Comme je suis venu en deux roues, il me demande de revenir pour qu’il puisse me voir tout dilaté. Pas de problème, RDV est pris pour le surlendemain. Quant à l’opération, elle aura lieu dans 15 jours. Ca y est, pour la première fois depuis que j’ai décidé de me faire opérer, toute cette affaire commence (enfin) à devenir concrète. Je suis ravi !

J-2js : Depuis près de deux semaines, je compte les jours, évidemment. Je supporte de moins en moins mes lunettes, mais le bout du tunnel approche ! Mais pour la première fois, le soir en m’endormant, je repense à l’opération en elle-même et aux photos que j’avais vues grâce au témoignage de Laurent. Je n’avais pas eu le courage de regarder la vidéo en entier (et finalement je crois que j’ai bien fait !). Bref, ce soir, à 48 heures de l’opération, pour la première fois, je stress un peu. Ca me préoccupe pendant ½ heure, et je m’endors. Rien de dramatique, donc, mais le risque, que j’avais occulté au fil du temps, vient de remonter à la surface. En fait, Laurent, mon copain, m’a dit que cette opération le stressait un peu, et je crois que ça a joué sur mon insouciance totale vis-à-vis de cette intervention.

J-1j : La journée se passe sans problème, pas de nouveau stress. En revanche pour ne pas être emmerdé le soir, je prends du Xanax au dîner. Je passe une excellente nuit, du coup. :-)

H-4h : J’ai rendez-vous à 14h30 à la clinique. Je me lève vers 10 heures, sans stress particulier. Je prends un bain et m’occupe sur Internet en attendant l’heure de partir…

H-30’ : Comme me l’a proposé mon doc, je prends un ½ Lexomil. Je suis en confiance, je n’ai pas peur, mais je sens que ça pourrait ne pas durer. Bref, je n’en mène pas large mais je n’y vais pas à reculons non plus.

Heure H : Ben ils sont à la bourre, évidemment… pffft ! Je patiente…

H+15 : Mon doc sort du bloc, vient me saluer, me fait un dernier examen avec tout plein de lumières stroboscopiques, des couleurs flash, une vraie boîte de nuit. Il me demande si j’ai bien respecté les consignes préopératoires, dont « ne pas se maquiller pdt 72h avant l’opération ». Je suis un garçon et ça le fait bien rire de me poser la question. Je lui réponds donc que j’ai respecté la consigne, et que comme je ne sors pas sans maquillage, ça fait 72 heures que je ne sors plus de chez moi. Par ailleurs je lui dis que j’ai oublié ma compil de Gilbert Montagné, et je lui demande si ça ne pose pas problème… L’humour noir comme mécanisme de défense… Il me demande laquelle je veux et enchaîne en me chantant un medley des plus grands tubes de l’artiste… ! Ouarf, ouarf, ouarf, on rigole, on se détend, et franchement ça me fait du bien. Ca peut paraître un peu irréel comme conversation, mais moi j’aime bien quand ça n’a pas de sens, et lui aussi apparemment…

H+30 : A y est, j’y suis ! Et là, moi, je ne rigole plus vraiment, je pense que c’est normal. En revanche, lui continue sur le même mode d’humour à deux franc tout au long de l’opération. Je sens sa voix concentrée mais absolument pas tendue, et ses « vannes » contribue à me détendre. Et ça tombe bien, parce que pour moi, le premier œil, ça ne se passe pas comme je l’imaginais : de tous les témoignages que j’avais lus, je n’avais retenu que « opération indolore ». Autant je ne sens rien avec l’écarteur de paupière, autant quand il m’aspire l’œil et qu’il le découpe, désolé, mais j’ai vraiment mal. Pas à me tordre, mais largement de quoi contracter tout mes muscles pour être sûr de ne pas bouger malgré la douleur. Heureusement, ça ne dure qu’une ou deux minutes (peut-être même moins, mais ça m’a paru long…). Dans l’ensemble, c’est quand même bien de ne rien voir à ce moment là…

La vue revient, et ça aussi, à ce moment précis, c’est une bonne nouvelle !!! Je me remets doucement de la douleur « surprise » que je viens d’avoir, en me demandant si j’ai vraiment bien fait de vouloir subir ça. Mais mon doc continue sur le ton de la bonne humeur, et je me re-concentre sur ce qu’il dit plutôt que sur ce que je viens de ressentir. C’est là qu’il me paraît ultra essentiel d’avoir autant de sympathie que de confiance pour le mec qui est derrière la machine… Il soulève le capot (je dis « oups »), il me rassure avec le même sourire dans le voix, me fait fixer la lumière, actionne le laser, tchac tchac tchac très rapide (rien à voir avec les VRAIS lasers, ceux de la guerre des étoiles, mais bon, si ça marche… :-)), repose le capot, nettoie et hop, me propose de passer à l’autre œil…

C’est un « oui » sans grand enthousiasme que je lui donne… Il me confirme ce que j’avais déjà anticipé : l’opération sera rigoureusement la même, mais je risque de l’appréhender différemment maintenant que je connais la chanson. Et effectivement, le découpage est encore plus désagréable que la 1ère fois. Mais ça y est, c’est fini. Mon doc me dit qu’on vient de passer l’étape la plus délicate, et qu’il peut me le dire maintenant que c’est fini… Lever le capot, fixer la lumière, tchac tchac tchac, baisser le capot, nettoyage, voilà c’est fini. Alors pour l’odeur que certains sentent (ou pas), moi c’était en odorama, mais très légèrement seulement…

H+10’ après le bloc : Je suis dans la salle d’attente, je bois un jus d’orange, et j’ai mal. J’ai du mal à ouvrir les yeux qui pleurent abondamment… A gauche ça va à peu près (mais il y a trop de lumière ici), à droite c’est vraiment douloureux, comme une grosse conjonctivite qui m’empêcherait d’ouvrir l’œil tout en me le consumant de l’intérieur… Je me demande vraiment ce que je fous-là. Mon doc revient me voir, contrôle mes yeux et me dis que je vais le haïr pendant 5 heures. Il me conseille une sieste, et me donne rendez-vous pour le lendemain 16h.

H+20’ : Le trajet retour est très pénible : à Paris ce 03 mars 2004, il fait un soleil radieux, beaucoup trop radieux pour moi… J’ai beau ne plus essayer de garder les yeux ouverts, la luminosité augmente la douleur… Le trajet me paraît long, et surtout, je ne comprends pas pourquoi j’ai mal, alors que les témoignages que j’ai lus 5 mois plus tôt parlaient d’opération sans douleur. Le lendemain en revenant lire les témoignages en ligne, je comprendrait à quel point le cerveau humain peut faire inconsciemment le tri entre les infos qui lui plaisent et celles qu’il préfère oublier. Enfin, le cerveau humain, je ne sais pas, mais le mien c’est sûr… :-)

H+30’ à H+5h : Je suis à la maison, rideaux tirés, lumières éteintes, et j’ai mal. Je suis de mauvaise humeur, j’ai plus mal à droite qu’à gauche, donc je commence à craindre la complication. Je fume un peu de shit pour me détendre (chacun son truc !), sans grand succès, mais au moins j’arrive à somnoler sur le canapé.

Et puis, 5h pile poil après l’opération (il est trop fort mon doc !), et en l’espace de 20 minutes, (presque) tout disparaît : mes yeux (surtout le droit, tjs) s’ouvrent tous seuls, la lumière commence à moins me gêner, on allume une lampe, puis deux, la douleur s’atténue jusqu’à presque disparaître, et moi je revis ! J’ai eu en sortant de l’opé mes proches au téléphones pour les rassurer, je les rappelle tous un par un pour leur dire que je n’ai plus mal et que… JE VOIS !! C’est encore flou, évidemment, mais je vois, et là, fini les questions du genre : « mais pourquoi j’ai fait ça ? » ! Le test : la télé ! Assis sur le canapé (à 2/3 mètres de la télé), je me mets sur LCI et essaye de lire les bancs titres (le nom et la fonction des gens qui sont interrogés dans les reportages, si vous préférez). Je ne porte ni lunettes, ni lentilles, et j’arrive à lire, ce qui évidemment m’était impossible avant…

Première nuit : Le reste de la soirée, je le passerai à manger (faut se remettre) et regarder Nouvelle Star, Fear Factor et un James Bond en DVD… J’ai soif de voir sans lunettes, et comme je n’ai plus mal, je pourrais y passer la nuit… A ce moment là, je sens tjs mon œil droit en permanence, mais simplement comme lorsque je portais des lentilles en fin de journée. C’est une gêne, pas une douleur, et elle va s’atténuer tout au long de la soirée…

Je mets mes coquilles pour dormi, m’endors sans aucun problème, me réveille à 3h en me rendant compte que mes coques sont tombées, mais je n’ai pas mal aux yeux, je les re-scotchent et me rendors immédiatement…

J+1j : Je me réveille de bonne heure (9h, c’est tôt pour moi) et de bonheur de voir ! :-) Je passe la matinée à profiter de ma nouvelle vue : surf sur le net (c’est là que je comprends que mon cas est banal et que j’avais « oublié » tout les aspects désagréables de l’intervention), lecture… Je ne prends pas mon scooter pour aller chez l’ophtalmo (j’ai oublié de lui demander quand je pouvais recommencer cette activité) et m’amuse donc dans le métro à lire toutes les petites lignes des affiches publicitaires à plus ou moins grande distance… J’ai l’impression que c’est un peu mieux qu’avec correction auparavant… Il faut dire aussi que mes lunettes avaient été faites il y a 5 ans et que m’a vu avait un peu baissé depuis (l’œil droit, tjs !). Du coup, je vois un peu mieux qu’avec mes lunettes…

Ma visite de contrôle se passe très bien, je pose quelques questions, mon doc me dit que ma vu sera stabilisée d’ici un mois et qu’on fera un point à ce moment-là, et que pour ce qui concerne les éventuelles complications post-op, elles se déclenchent en général le jour même ou le lendemain. Donc il ne me donne pas encore de garantie, mais ça se présente plutôt bien…

J+2js et suivants : La vie reprend son cours, et hors mis pour les gouttes, je ne pense presque plus à l’opération. En fait, ça me revient le matin quand ma main se tend instinctivement pour attraper les lunettes au réveil… Un réflexe bien pavlovien qui finira bien par passer… Idem en sortant du bain ou de la douche ! 

Pour le reste, tout se passe bien, je n’ai pas l’impression que ma vue évolue depuis une semaine, ni dans un sens, ni dans l’autre. Je ne pense pas avoir 10/10è à chaque œil, ni même à l’un des deux, mais je peux vivre sans correction et c’était ça le but de l’opération.

J+7 : Et bien voilà, j’arrive à la fin de ce témoignage, pour le moment. En conclusion, je n’ai aucun regret d’avoir fait cette opération, elle m’a donné pleinement satisfaction pour le moment, même si ça ne date que d’une semaine. Je tâcherai de vous donner des nouvelles plus tard, mais pour le moment, je n’ai aucune complication sérieuse : j’ai l’œil un peu sec en fin de journée, mais les gouttes parent à ce désagréments.

Si je devais mettre un bémol par rapport à ma propre expérience, ce serait sur la « surprise » douloureuse de l’opération. Mais cette surprise n’est dû qu’au fait que j’ai inconsciemment occulté les aspects pénibles qu’on avait pu me décrire. Mon esprit avait décidé que ça passerait tout seul, et ça n’est pas comme ça que ça se passe. Mais comparé au résultat, le jeu en vaut la chandelle. Et puis si vous ne perdez pas de vue (ouarf) que l’opération peux faire mal, vous n’aurez pas cette surprise-là, vous y serez préparé…

Pour le reste, faites vous opérer par un doc en qui vous avez vraiment confiance (ça aide quand on est sur la table), et foncez ! Ce n’est as une nouvelle vie, mais c’est la même avec une petite galère en moins, et c’est déjà pas mal ! :-)

Pour écrire à Pierre-Claude, cliquez sur ce lien

Mini sondages :
Visiteur, tu viens sur ce site...
[946 votes][le 28/10]

pour la 1ère fois
de temps à autre
assez souvent
régulièrement



Résultats
Galerie Photo :
Total : 7 photos



Accédez à cette Galerie
(Lunettes de vue)
Visiteurs On-line :
visites En ce moment:
0 membre et 3 visiteurs
45 visites aujourd‘hui
Record de visites:
22/09/07: 429 visites
Record de membres:
23/02/06: 2 membres
Record simultané:
05/11/15: 40 visiteurs
16/05/05: 2 membres
Forum :

Demande d'une opérée hypermétrope (0 réponses)
[Laurent][le 31/10 11:41]

En Espagne... (0 réponses)
[Laurent][le 15/06 18:23]

Fréquentation... (0 réponses)
[Laurent][le 03/06 11:49]

Lunettes en photos (0 réponses)
[Laurent][le 14/05 18:25]

[Annonce] Intralasik ??? (0 réponses)
[Laurent][le 13/05 15:32]


Aller sur le forum






Design: Cyberalien 
Page générée en 0.023 secondes avec 20 requetes
Réalisé avec Pwsphp® Version 1.2.3, distribué sous licence CeCILL